Les aliments toxiques pour votre chat

Publié le : 31/05/2017 12:00:00
Catégories : Santé du chat

Les aliments toxiques pour votre chat
Tout ce qui est bon pour vous n’est pas bon pour votre chat. Ce principe est particulièrement vrai en matière de nourriture. Les félins ayant un métabolisme différent du nôtre, certains de nos aliments peuvent en effet se révéler dangereux pour eux et leur causer des troubles digestifs voire une intoxication sévère. La vigilance doit donc être de mise, que ce soit en matière d’éventuelles « friandises » à donner à votre chat ou de nourriture qui pourrait traîner dans la cuisine ou sur la table à la fin du repas. Voici les principaux aliments dont il vous faut vous méfier.

Chocolat ou café : des poisons pour votre chat

Si vous avez un chat faites très attention lors des périodes de fêtes, notamment à Noël ou Pâques, à ranger hors de portée le chocolat. Cet aliment, pourtant délicieux pour nous, peut en effet se révéler mortel pour le chat s’il est ingéré en grande quantité (200 mg par kilo) et dangereux à plus faibles doses. Le chocolat, et plus particulièrement le cacao qu’il contient (davantage présent dans le chocolat noir), est en effet riche en théobromine : une molécule susceptible d’affecter le système cardiaque et nerveux de votre animal.

La caféine peut aussi empoisonner très rapidement les félins, en entraînant une accélération de leur rythme cardiaque. Veillez à ce que minou n’approche pas son museau de votre tasse de café, mais aussi de votre thé ou de votre soda. Enfin, ayez la même vigilance avec vos verres d’alcools, car ces boissons peuvent enivrer très vite votre chat et engendrer des troubles digestifs, voire nerveux ou cardiaques.
chat soda

Attention aux oignons ou à l’avocat

Vous avez peut-être un chat très gourmand, qui quémande un peu de nourriture dès qu’il vous voit manger. Faites alors attention aux aliments que vous pourriez lui donner, notamment si ceux-ci contiennent de l’oignon. Même cuit celui-ci contient en effet, comme (dans une moindre mesure) l’ail et la ciboulette, des organosulfoxydes : des molécules qui provoquent un stress oxydant chez le chat et peuvent s’attaquer à ses globules rouges (entrainant un risque d’intoxication ou d’anémie).

D’autres aliments peuvent aussi se révéler des poisons pour les félins, comme l’avocat qui contient de la persine : un acide gras susceptible d’engendrer des diarrhées, vomissements ou troubles cardiaques. Le raisin, frais, sec ou cuisiné, est également dangereux car il contient une toxine encore mal connue nocive pour les reins de votre animal. La pomme de terre, surtout lorsqu’elle est crue, peut aussi être dangereuse en raison de l’oxalate de calcium et de la solanine qu’elle renferme et qui peuvent occasionner des troubles rénaux et digestifs.

chat faim

Eviter les régimes non appropriés

Certains aliments, certes moins nocifs pour votre chat, pourront aussi sur le long terme ou en trop grande quantité affecter sa santé. Chose qui peut se révéler étonnante, c’est le cas par exemple du lait, qui contient du lactose qui peut être mal digéré ou provoquer des allergies chez les félins adultes. Le poisson cru, s’il est consommé par votre chat en trop grande quantité, peut aussi être mauvais : la plupart des espèces de poissons contiennent en effet des quantités importantes de thiaminase, une enzyme détériorant la vitamine B qui peut entraîner des carences chez le chat.

Certaines friandises que votre chat adore peuvent aussi lui nuire : une alimentation trop grasse (morceaux de jambon, de charcuterie…) peut causer une inflammation du pancréas, tandis que l’excès de sucre peut entraîner des risques de diabète ou d’obésité. Une nourriture trop salée (c’est le cas notamment du thon en boîte) peut également entraîner des troubles rénaux ou cardiaques. Et, de manière générale, la nourriture industrielle prévue pour les humains n’est souvent pas adaptée au régime des félins.

chat cuisine

L’intoxication alimentaire chez le chat se traduit le plus souvent par des diarrhées ou des vomissements, qui apparaissent juste après ou dans les heures suivant l’ingestion de la nourriture posant problème. Mais certaines affections peuvent apparaître plus lentement (en cas de carences par exemple). Si vous constatez des troubles digestifs, mais aussi un changement de comportement chez votre chat, contactez votre vétérinaire qui pourra vous indiquer comment réagir.

Partager ce contenu